Objectif GR52 (Mercantour) – épisode 1 : la mise en route

Ayant décidé l’année dernière de me faire le mythique GR20 (Corse), vieux rêve que je pensais ne jamais réaliser, j’ai décidé me faire les jambes, avec mes compagnons d’aventure qui se sont rallier à ma cause, cette année sur le GR52, dans le Mercantour.

Nos expériences en randonnées sur plusieurs jours remontant en général à plus de vingt-cinq années, nous avons cru bon de faire cette petite étape. Le GR20 sera donc pour 2013 !

La fine équipe est constituée de 5 personnes : 3 hommes et 2 femmes  (dont un couple et un ado). L’avenir dira si tout le monde aura le courage de faire la Corse l’année prochaine… Réponse probable fin juillet 2012 à l’arrivée !

Pourquoi avoir choisi le Mercantour et le GR52 ? Ayant un pied à terre à proximité (quoiqu’en montagne toute proximité est relative quand on change de vallée..) mon choix c’est portée sur le sud des Alpes. En fouillant un peu je suis tombé sur la Vallée des Merveilles, site archéologique en pleine montagne où l’on peut admirer de nombreuses peintures rupestres. D’autre part, ayant décidé de faire un parcours sur une semaine, la distance me paraissait adaptée avec, cerise sur le gâteau, l’éventuelle possibilité de pouvoir faire une trempette à l’arrivée, celle-ci se faisant à Menton.

Le GR52, c’est quoi ? C’est un parcours dans les Alpes-Maritimes qui part de Saint-Dalmas de Valdeblore et s’achève à Menton. Il est parsemée de pas, de cols et de lacs d’altitudes, et alterne rocailles et verdures (pour le ratio on verra sur place, mais les photos que l’on trouve semblent indiquer beaucoup de roches), avec la promesse d’une faune et d’une flore exceptionnelles. Un bonne partie du parcours est située à des altitudes comprises entre 2000 et 2500 mètres, pour une distance totale d’un peu plus de 90km.


GR52 De St Dalmas de Valdeblore à Menton (Alpes-Maritimes). Parc National du Mercantour –  Carte créée par http://www.gr-infos.com/gr52.htm

Afin de se préparer au mieux à la Corse, j’ai décidé à l’unanimité que l’on éviterai les nuits en refuges au profit de la tente. Bien sur l’option reste ouverte si l’occasion se présente, mais ça permet de ne pas rester figer sur les étapes à parcourir. Et pour « corser » l’affaire, le parcours semble être privé de point de ravitaillement et les sources d’eau sont relativement rares. Avec le faible enneigement de cette hiver, on risque d’ailleurs de bien le remarquer.

Voila pour la présentation de l’aventure… suite au prochain épisode : les préparatifs !

Pour plus d’informations :

Quelques récits sur le GR52 :