Bourges-Sancerre

bourges sancerre 2013

Scoop !: la prochaine édition est annoncée pour le 16 février 2014 ! Venez nombreux.

Bourges Sancerre est une grande marche de nuit (56km) organisée courant du mois de Février par le club Cyclotouristes Berruyers.

J’ai fait mon premier Bourges Sancerre cette année, en 2013, quelques années après mon premier Paris-Mantes. Jusque-là Paris-Mantes (54 km) était pour moi LA marche de nuit magique ! N’ayant que cette marche de nuit comme référence, c’était quelque peu logique… Et bien j’ai franchement revu mon jugement après cette nouvelle découverte :

Tout d’abord l’ambiance : beaucoup plus provinciale, au sens positif du terme : convivialité, petite scène aménagée avec un groupe de musicien (certes avec un répertoire qui n’est pas forcément celui que j’écoute tous les jours…), des gens qui nous encouragent dans les rues de Bourges…

Ensuite le ravitaillement et les bénévoles peuvent être considéré comme exemplaires : sourire, gentillesse et tables bien remplies ! Je peux vous garantir que celui qui tombe de faiblesse sur le Bourges-Sancerre l’aura fait exprès car entre les quatre-quarts, les pains d’épices, les brioches, les sandwichs au jambon, au rillette ou au paté, les pommes, les fruits secs, les boissons chaudes, les boissons froides, le p’tit vin chaud un peu avant le lever du soleil ou encore le coup de Sancerre à l’arrivée, on fini avec un ventre mieux rempli à l’arrivée qu’au départ. Pour ceux qui ont peur de manquer, ils peuvent voyager léger, il y a plus qu’il n’en faut sur la route !

Enfin le parcours : magnifique ! surtout la nuit dirons les plus malins 😉 : beaucoup de chemin, dans la campagne ou au milieu des vignes, c’est franchement plaisant. Et puis les dénivelés toujours plus exigeant au fur et à mesure que l’on avance (en parti parce que les jambes fatiguent mais pas seulement…)

13-p1070355

Les craintifs ou mal préparés peuvent se rabattre sur la version Morogue-Sancerre qui couvre une partie du parcours mais en 30 km.

La Petite Sancerroise satisfera celles et ceux qui veulent découvrir la marche sur un parcours de 12 km autour du piton de Sancerre.

Bref, une très belle épreuve où l’esprit de la marche est présent : le but est de finir et pas d’arriver le premier.

Mon Bourges-Sancerre 2013

La marche a eu lieu dans le 17 février 2013. Trois semaines après mon Paris-Mantes, donc avec les jambes encore bien « chaude ».

C’était ma première grande marche en solo, avec quelques appréhensions pour gérer le rythme, car personne pour me dire : « un peu moins vite, on va se cramer ». A cela s’ajoutait un rhume pas tout à fait guéri et des jambes à peines remises d’un mauvais entrainement la semaine d’avant, je me posais quelques questions les heures précédents le départ.

La météo était plutôt clémente, avec un temps assez peu venteux et autour de 0°C.

L’inscription

J’ai commencé par m’inscrire sur place, à la mairie. Les bénévoles étaient là pour un enregistrement tranquille. Vers les 18h00 ce n’était pas la cohue.

Pour ce garer, le grand parking Seraucourt est idéal car gratuit et à deux pas de la mairie (pour les inscriptions) et de la Cathédrale (pour le départ).

Au final nous serons près de 1200 participants pour le Bourges-Sancerre, les trois courses rassemblant au total 2708 personnes.

Avant de marcher, il faut manger…

Avant l’épreuve je me suis fait un restaurant italien, la Scala, que je recommande chaudement car le lieu est très joli, et la nourriture délicieuse. J’ai lu sur le net des avis assez contrasté, personnellement rien à redire… Arrivé pour manger une assiette de pâtes, j’ai craqué devant une bonne Calzone… Sans regret ! Le restaurant est un peu éloignée de la cathédrale où à lieu le départ, mais on est pas à quelques centaines de mètres près. Pour s’y rendre, il suffit de descendre la rue Moyenne, rue commerçante où se situe la Mairie.

02-p1070326

Sinon la Taverne de Maître Kanter m’avait été recommandé, juste devant la Cathédrale, mais j’évite quand c’est possible les chaines de restauration…

C’est parti….

Un peu avant l’épreuve je suis retourné dans le hall de la Mairie pour faire valider ma carte. Celle-ci était désormais squattée des centaines de marcheurs et accompagnateurs resté se mettre au chaud ou faisant un petit somme avant le départ.

Ensuite je me suis rendu sur le parvis de la Cathédrale. Une brume régnait donnant un air fantomatique au monument.

04-p1070338

Un orchestre interprétait son répertoire « old school » : Piaf, Tino Rossi… Ca donnait un coté rétro assez sympa.

08-p1070348

Ensuite, après un petit discours des représentants municipaux le feu donnant le départ est passé du rouge au vert et la masse de bipèdes fluo s’est mise en branle !

Début de la marche

Nous avons tout d’abord traversé Bourges, en commençant par la vieille ville avec ses maisons à colombages. Ici pas de soucis pour marcher sur la route, les préfets n’ont pas été formés aux même écoles que ceux d’Ile de France (voir note 1).

11-p1070353

Les gens sont dans la rue, sortent de chez eux ou des bars et nous encouragent. Ca fait toujours plaisir !

Ensuite nous avons quitté la ville tout doucement avant d’entamer la marche en pleine nuit. Le ciel couvert à ce moment là nous offrait une obscurité complète, rendant l’éclairage absolument obligatoire sous peine de ne pas voir où l’on marchait.

Une brume épaisse nous entourait : les gouttelettes d’eau en suspension dans l’air étaient visible dans la lueur de la frontale.

Arrivée à Saint-Michel de Volangis

Cette partie du parcours s’est faite uniquement sur bitume, le rythme est donc assez élevé.

Arrivée dans le premier village on à droit à un flashage systématique. Ce n’est pas la gendarmerie, juste un groupe de photographe qui immortalisent l’instant. Les photos étaient ensuite dispo à l’achat à l’arrivée.

17-p1070365

Le premier ravitaillement (11km – 1h40 du matin – pas de pause) arrive vite d’autant que je suis parti sur une vitesse de marche assez élevé (pour moi), au environ des 7km/h. Mon GPS m’annonce d’ailleurs une arrivée avant 8 heures à ce rythme… je suis moins optimiste que lui.

Le ravito est encore quasi-désert, je m’empresse de repartir avant l’arrivée massive que me suit et continu au même rythme.

Direction les Aix D’Angillon puis Humbligny

Un kilomètre après le village on commence notre premier sentier. On n’y voit rien, on devine juste ce qui nous entoure, à la frontale. Le parcours alternera désormais entre chemin et petite route.

Lorsque nous croiserons des routes la gendarmerie sera toujours là pour sécuriser.

Le brouillard se lève doucement rendant la visibilité encore plus courte. Etant relativement peu entouré de marcheurs, la sensation est agréable. Parfois je coupe la lumière pour profiter de la pénombre.

Le parcours, en léger faux plat montant est toujours assez rapide jusqu’au Aix D’Angillon (21 km, 3h05 du matin, 7 minutes de pauses).

Ensuite, en direction d’Humbligny, la gadoue commence gentiment a se faire collante et le dénivelé plus présent, en particulier la cote d’Humbligny qui nous fait prendre 100m d’altitude sur une distance assez courte (voir le profil altimétrique plus bas).

Humbligny à Neuilly en Sancerre

A Humbligny (31km – 5h du matin – 15 minutes de pauses ) le car est là pour ramasser les premiers abandons. Il ne semble pas y avoir beaucoup de volontaire…

A vrai dire en rédigeant le récit je me rends compte qu’il était déjà 5h00 ! Sur le coup je me rends compte que je n’avais pas réalisé que le temps était passé si vite.

Un peu plus loin des douleurs commencent à ce faire sentir au niveau de la cheville gauche. Désagréable mais facilement « contrôlable. » Pour me soulager je commence progressivement à marcher avec les bâtons.

J’ai mis dans ma montre GPS la trace officielle, manque de bol certains passages sont légèrement différents. Il faut donc bien avoir l’oeil sur les marquage au sol. Le brouillard s’est levé il faut être vigilant pour ne pas rater les indications. Nous sommes par moment assez éloignés les uns des autres et il serait dommage de se perdre..

trace bg2013

J’en profite pour mettre le pieds dans un grosses flaques d’eau dont je garderai la bonne humidité un certains temps.

L’étape est plus courte que les autres 8km et c’est pas plus mal.

Neuilly en Sancerre à Bué

Arrivée à Neuilly (39km – 6h52 du matin – 10 minutes de pauses).

Je commence un peu a être fatigué mais les jambes suivent encore.

Une bénévole me propose gentiment une boisson chaude, mais ce ne me dit rien.. jusqu’à ce que le fumet d’un vin chaud vienne me taquiner les narines. Franchement, il n’y avait pas le soleil, ni le bruit des remontées mécaniques, mais il était terriblement bon ! Vive le vin chaud la nuit à Neuilly en Sancerre !!!

Je ressort au bout de dix minutes et là le jour commence à ce lever. Je sens que mon rythme à largement ralenti, d’autant plus que ceux qui vienne de Morogues me double honteusement (et peux être pas seulement ceux de Morogues en faites :-( ).

On rentre dans le dur de la marche, car c’est vraiment la partie la plus dur du parcours, mais aussi la plus belle, avec chemins et dénivelés.

Au fur et à mesure les douleurs s’installe et ça commence vraiment à devenir dur. Par moment je commence à ressentir le raz-le-bol, à cause des douleurs des chevilles dans les descentes mais le plaisir d’être là reprends toujours le dessus.

Avec le petit jour, la route une petite couche de verglas s’est posée sur la route, ça dérape un peu et le bas coté est souvent plus agréable.

Avant l’arrivée à Bué une grande cote dans les vignes. Finalement elle passera bien car je vais la monter en discutant avec quelqu’un… ça aide à faire oublier les douleurs.

Bué à Sancerre

Arrivée à Bué (50 km – 9h10 – 10 minutes de pause).

Le plus dur est fait. Je me prends un bon café, déguste le plaisir de s’asseoir, fait un sort aux morceaux de brioche.

Avant de repartir je ne manque pas comme à chaque fois de faire le plein de menthe à l’eau dans ma gourde et je repars pour la dernière partie qui ne sera pas la plus dur.

16-p1070358

Les douleurs sont globalement passées et ça se passe pas mal.

Le final dans les vignobles est agréable et passe assez vite. Au dire de certains une cote à été supprimée, sur le coup ca ne me chagrine pas vraiment, maintenant je me dis « dommage quand même… » 

Le soleil espéré au petit matin n’est pas au rendez-vous mais ça n’enlève rien à la beauté du paysage.

14-p1070356

Arrivée à Sancerre à la cave de la Mignonne vers 10h10. Pas mal je dirai, même si l’essentiel est d’être allé jusqu’au bout. Je vais vite faire tamponner ma carte puis vais boire un petit coup de sancerre, offert par la maison !

1-p1070366

Après m’être changé, car la gadoue sur le pantalon et sous les chaussures ca pèse…, je suis allé me chercher une médaille souvenir, quand même !, accompagnée de son millésime….

 

1-p1070367

Bon d’accord c’est vrai, je suis également passé au stand vin de Sancerre et crottin de Chavignol…

Conclusion : vivement l’année prochaine qu’on remette çà !

Le profil altimétrique


 

La carte IGN du parcours

 
Ci-dessous ma trace sur un fonds de carte IGN, qui permet de voir les détails topographique :

Ma trace GPS est téléchargeable directement sur le site openrunner.com

Quelques Liens

Notes

(1) Petite dédicace visant le cher préfet qui a mis des bâtons de marcheurs dans les roues de l’organisation du Paris-Mantes ou l’autre cher préfet qui à noyé la Traversée de Paris à la Nage avant même sont accouchement.

 

Paris-Mantes

Affiche de Paris-Versailles-Mantes 2013

Affiche de Paris-Versailles-Mantes 2013

 Date

Mise à jour ! Prochaine édition est confirmée ! prévue le 27 janvier 2013 à 0h00 (départ de Versailles).

Les dernières d’infos ici : http://as-mantaise.asso.fr/rubrique/pm/regle/pmrg.htm

La date est en général donnée assez tardivement tout comme l’ouverture des inscriptions (décembre).

La règle semble être : le dernier dimanche de janvier.

Inscription

Sur le site: http://www.parismantes.fr/inscriptions/

!!! Attention vérifier que les inscriptions soient bien  ouvertes pour 2013 avant du vous inscrire !!!

Le coût était de 13 euros en 2012 pour le 54km.

Hormis pour le 12km, il n’est pas possible de s’inscrire sur place.

Distance

Plusieurs distances, en fonction de la taille des jambes :

  • 54 km
  • 38 km
  • 20 km
  • 12 km

Les marcheurs des différentes versions s’ajoutent les uns aux autres ce qui donne du sang neuf dans la marche et la re-dynamise. Pas d’âge minimum pour le 12 et 20 km, il est donc possible de finir la marche en famille.

Présentation

Affiche Paris-Mantes (affiche 2012)

Affiche Paris-Mantes (affiche 2012)

Le Paris-Mantes est une marche de nuit devenue au fil des années incontournable. Si elle n’est pas la doyenne du genre, elle doit surement s’en approcher, la 77ème édition ayant eu lieue en 2012.

En 2012 le parcours a été modifié, suite à des problèmes d’autorisation avec la ville de Boulogne-Billancourt ainsi que la préfecture des Hauts-de-Seine. Le départ à donc eu lieu à Saint-Nom la Bretèche et le parcours complété d’une boucle de 18km à Mantes. Les commentaires de cette modification de parcours semblent être plutôt positif. Reste à savoir si le changement est temporaire ou définitif.

Une petite vidéo qui montre bien le déroulement de l’épreuve (avec des marcheurs d’un bon niveau) :


Paris Mantes 54 km le 30 janvier 2010 par Altitude78

La course attire près de 3000 personnes, sur les différentes déclinaisons de distances. Cependant on n’est pas vraiment gêné par les autres autres marcheurs, leur présence motivant à se donner un rythme.

Paris Mantes 2010 et Paris-Mantes 2011 : la version Boulogne-Mantes La Jolie

J’ai fait cette marche à deux reprises (en 2010 et 2011) et je l’ai trouvé très agréable.

Bien évidemment je la recommande. Je rêvais de la faire depuis des années mais je bloquais sur la distance, la saison et sur le fait de trouver un volontaire pour m’accompagner. C’est ma première du genre d’où le coté affectif que je peux avoir à son égard.

Carton du Paris-Mantes 2011 avec tampon des points de contrôle

Carton du Paris-Mantes 2011 avec tampon des points de contrôle

En version Boulogne-Mantes, elle comprends plus de route que de chemin, ce qui peut ne pas plaire. Ce que je trouve génial part contre c’est de marcher de nuit, l’hiver. Peut-être parce que le temps était relativement clément (entre 0 et -10 °C on va dire).

L’anecdote de la version 2010, c’était un groupe de quelques jeunes sous un pont de l’A13 dans la forêt de Marly-Le-roi qui écoutaient la musique à fond (genre une sono de concert dans le coffre de leur voiture) et avaient l’air assez gravement défoncé. J’imagine leur souvenir du matin, rêvant d’avoir vu des milliers de mecs marcher dans la nuit avec une lampe sur le front, et certains déguisés en chevalier (costumes pour la 75ème) … Pour le reste c’est plutôt calme et silencieux, les discussions disparaissant avec les kilomètres.

Le délai pour parcourir les 54km est de 11 heures. Mes temps de parcours ont été :

  • 11h15 en 2010 (j’ai eu ma médaille et mon tampon à l’arrache, les bénévoles commençaient à remballer)
  • 9h15 en 2011 (ce coup là j’aurai pu encore gratter 30 minutes – part contre j’ai récupéré la carte d’une autre personne…)

 

Médaille du Paris-Mantes 2010

Médaille du Paris-Mantes 2010

Pour les ravitos, il ne faut pas trop compter dessus, car ils sont plutôt minimalistes et plein de monde, sauf celui du milieu où il y avait distribution de soupe et de pommes (sur le plateau des Alluets). Certains sont organisés en groupes et ont des ravitos quatre étoiles privés. Personnellement, je ne viens pas pour la bouffe, donc rien à récriminer.

Médaille du Paris-Mantes 2011

Médaille du Paris-Mantes 2011

 

Paris-Mantes 2012

Une blessure au pieds, une fracture de fatigue remontant au PM2011 mal remise, m’a empêché de faire la course. Dommage.

Coté organisation, il y a eu pas mal de remous, le départ de Boulogne n’ayant pas été autorisé.

Paris-Mantes 2013 : Version paris-Versailles-Mantes-La-Jolie

Nouvelle édition, nouveau parcours ! Et me revoilà bien dans mes asics !

Affiche de Paris-Versailles-Mantes 2013

Affiche de Paris-Versailles-Mantes 2013

Un nouveau départ…

Cette année le Paris-Mantes est devenu le Paris-Versailles-Mantes et c’est plutôt pas mal.

J’avais prévu de faire le parcours en solo, mais j’ai finalement accompagné Christian, malvoyant, rencontré quelques jours auparavant sur le Facebook du Paris-Mantes.

Pour plus de détail sur notre expérience, jetez un coup d’oeil sur mon article : Marche avec un malvoyant, pas de problème.

01-dsc_0915

Le départ se fait sur la place d’armes du château de Versailles, non loin de la statue de Louis XIV, idéale pour les rendez-vous.

De Versailles à la Maule…

03-dsc_0919

 

Les premiers hectomètres sont mouvementés car il faut respecter le code de la route, à savoir marcher sur les trottoirs… ça joue un peu des coudes, nous laissons donc le gros du pelotons nous dépasser.

Les trottoirs s’élargissent et les contre-allées deviennent disponibles donc pas de gros soucis. L’encadrement est très présent, n’hésitant pas à rappeler aux resquilleurs que le gilet jaune est obligatoire pour des raisons de sécurité. Le temps est sec, pas de vent, 1°C, plutôt prometteur.

Arrivé à Roquencourt on récupère le parcours traditionnel, en économisant 6 km de parcours urbain qui n’étaient finalement pas la meilleure partie de l’ancienne formule. On entre donc dans la forêt avec un sol verglacé avec ses petites glissades gentilles.

05-dsc_0922

On passe tellement vite le premier ravito de l’Etoile Verte qu’on oublie de s’arrêter au contrôle pour tamponner la carte…. A priori nous n’avons pas été les seules au dire du contrôle suivant.

2-p1070370

Ensuite on enchaîne sur le plateau des Alluets, avec assez peu de vent et on file jusqu’au ravito suivant pour la pause soupe/pomme. Je ne sais pas pour vous mais j’adore leurs pommes. Je m’en mange une et en garde une pour plus tard… Mini étirement et c’est reparti !

06-dsc_0923

On finit les le plateau avec le vent qui commence à ce lever pour arriver sur la descente de Maule. Cette année elle n’est pas glacée… mais plutôt boueuse. Un grillage est abîmé  je me demande si certains de nos prédécesseurs n’ont pas un peu abusé de l’hospitalité locale..

Ce qu’il y de bien à La Maule c’est qu’on à fait à peu près 30 bornes. Ça motive. Mais ce qui ne change pas c’est qu’il faut quasiment remonter ce qu’on vient de redescendre… Trop bon !

De la Maule à Jumeauville…

En remontant, au lieu de filer gentiment vers Jumeauville on bifurque. Et c’est environ un kilomètre plus loin que la fête commence.

Nous pénétrons sur des chemins agricoles. Des vrais, pour tracteurs, complètement hostiles après les quantités de pluies/neiges des semaines précédentes suivi du passages centaines de marcheurs bipèdes floruescents.

Pendant cinq kilomètres (à vérifier) de la gadoue, de la vrai. J’ai pas les photos du moment (j’étais plus concentré sur où je mettais les pieds :-) ) mais ça ressemble un peu à ça (en retirant les arbres, ajoutant la nuit, un poil de vent et le passage de milliers de personnes avant..) :

La croix rouge qui cours dans tous les sens, un peu dépassée par les évènements car bien sur les véhicules ne peuvent accéder, même pas les vélos. Les marcheurs ont la frontale baissée pour voir les pièges présent à chacun des pas.

On marche un coup au milieu, un coup à droite, un coup à gauche un coup dans le champ : c’est partout la misère, juste la profondeur et la texture de la boue qui change. Au mieux on évite les flaques, mélange d’eau et de glace avec un rendu bizarre dans le halo de la frontale.

A chaque changement de voies on se dit c’est fini… et ben non c’est encore un chemin avec de la boue ! Yeah ! Nous avons utilisé les bâtons et c’est vrai que ça a pas mal aidé à garder un bonne équilibre. Bien sur cette étape c’est fait avec une pluie qui commençait à tomber et le vent qui se levait.

Enfin on quitte la boue. Personnellement j’ai adoré. Malheureusement certaines personnes ont chutés méchamment et se sont blessées (entorses…) Le rando étant essentiellement sur le dur habituellement, plus d’un ont cependant été. Avec mes running gore-tex j’ai gardé les pieds au sec.

De Jumeauxville à Mantes-La-Jolie…

La suite ce passe gentiment avec une fin dans Mantes-La-Jolie sur les bords de Seine. La petite cerise c’est les cloches qui se mettent à sonner à la volée (? si quelqu’un peu me confirmer). un peu avant onze heure.

Une petite montée d’escalier, que je montre deux à deux pour le fun, heureux d’arriver en ressemblant à quelque chose, on traverse le coeur de Mantes et nous voici arrivé à 10h59 !

1-p1070372

Au final un très grand Paris-Mantes qui restera dans les mémoires. Certains en garderons un très mauvais souvenir mais qu’il soit rassurés le parcours sera revu l’année prochaine. Les organisateurs ont voulu changer le parcours quand ils ont vu la météo mais la préfecture à refusée…

Équipement conseillé

C’est une marche de nuit, en hiver, il faut donc s’équiper en conséquence. Certains la fond en short… pas moi ! il faut prévoir de se protéger au minimum du vent et du froid et selon la météo de la neige ou de la pluie…

Coté équipement il faut donc prévoir :

  • la frontale (obligatoire). Les 2500 frontales qui s’illuminent au départ c’est super joli.
  • le gilet jaune (obligatoire). Ayant été bénévole en voiture sur des manifs sportives de nuit, je peux vous dire à quel point c’est dangereux de croiser des marcheurs non signalé la nuit.
  • un polaire.
  • une veste coupe-vent ou imperméable avec capuche selon la météo.
  • un bonnet.
  • un tour de coup. (plus pratique que l’écharpe)
  • une paire de gant.
  • une bonne paire de chaussure de marche, taille haute pas indispensable selon moi. Pour le choix des chaussures, reportez-vous aux multiples discussions sur les forums.
  • De l’eau en suffisance. Attention avec les poches à eau, car une année mes tuyaux ont gelés vers 1h30 du matin. La solution sinon consiste à souffler dans le tuyau après avoir bu.

Préparation

Selon moi cette épreuve est accessible à tous, pourvu que l’on soit globalement en bonne santé. Je pense personnellement que c’est surtout un travail mental car il faut faire fonctionner ces jambes non-stop pendant 10 heures…

En plus d’une activité physique normale au long de l’année, disons que 3 sorties préalables de 20 à 25 km peuvent être suffisantes. Pour les personnes qui ne sont pas habituées à marcher, il est cependant recommandé de faire des marches supplémentaires et d’une distance moindre dans un premier temps.

A titre d’exemple il faut compter entre 5 et 7km par heure de marche selon le rythme que l’on se donne.

Il faut bien distinguer la course à pied et la marche qui sont deux mouvements totalement différents avec des muscles sollicités qui ne sont pas les mêmes. Un bon coureur peu donc avoir des surprises en mode marche. Pour les détails, je vous laisse demander à votre médecin qui vous expliquera ça bien mieux que moi.

L’épreuve ne nécessite pas de certificat médical et en général la marche est une activité considérée comme peu traumatisante. Cependant, la durée de la marche (compter bien 10h pour une première) et la grande proportion de bitume peuvent rendre l’exercice douloureux. Dans le doute, je pense qu’il est bien d’en parler à son médecin, ce que j’avais fait avant ma première.

Le parcours (version 2013)

Le parcours (version 2011)


Afficher carte Paris mantes à la marche sur une carte plus grande

Après le Paris-Mantes…

Une marche magnifique à lieu courant février, idéale car on a les jambes encore en  forme, c’est le Bourges-Sancerre. Pour moi c’est le must !

Tout les détails façon avecnospieds.fr sont par ici : Bourges-Sancerre.

Liens

Le site officiel pour l’inscription (pas encore ouverte): www.parismantes.fr

Nouveau ! Le récit 2012 par l’association sportive de Mantes, avec les explications du contexte 2012 : http://as-mantaise.asso.fr/rubrique/pm/ed_2012/jc_pm12.htm

La video qui résume bien comment plein de marcheurs arrivent sur le Paris-Mantes : http://www.youtube.com/watch?v=sMaQCbxjtGk

Une video avec à priori les allumés de 2010 sous leur pont en fonds sonore : http://www.youtube.com/watch?v=YLO8izhx7yA

La date est en général donnée assez tardivement tout comme l’ouverture des inscriptions (décembre). La règle semble être : le dernier dimanche de janvier.