Pas classe Madame Figaro !

Aujourd’hui, je vais parler de personnes qui se sont pris les pieds dans le tapis…

Madame Figaro est une enseignante au très mauvais goût et sans aucun respect pour la presse : elle a osé utiliser son patronyme pour son blog « la classe de Madame Figaro » pour faire de l’ombre au grand magazine Madame Figaro appartenant groupe de presse de Très Grande Renommée (comme qualifié dans le document ci-après).

Heureusement que le courageux service juridique a fait le nécessaire remettre cette enseignante dans les rangs :

Plus sérieusement, je suis écœuré du comportement de ces personnes dont la situation leur laisse à penser que le monde leur appartient et qui vont chercher des poux dans la tête des gens qui ne font rien de mal.

Plein de mots qui font mal aux oreilles et du bien partout ailleurs me viennent mais le Très Renommé Serge Dassault, propriétaire du journal, serait capable de représailles.

J’apprends à mon fil de choisir des adversaires à sa taille, que se « faire un petit » c’est de la lâcheté. Probable qu’ils n’ont pas la même morale.

A quand l’interdiction pour M. Leclerc d’aller faire ses courses chez Carrefour ou M. Renault de faire du vélo ?

Madame Figaro, la vrai de l’état civil, a pliée car elle ne souhaite ni n’a les moyens  d’entamer un bras de fer avec le journal. Définitivement la justice est pour tous, mais pas contre n’importe qui !

Le grand cœur, fragile et inquiet, du magazine à finalement décidé d’autoriser (auto-risée ?) madame Figaro a utiliser son nom si elle y ajoute son prénom pour son blog. Foutage de gueule ! C’est surtout dicté par la crainte de la « mauvaise presse » que ça leur fait ! Un petit tour sur Google montre l’étendu des dégâts (personnellement, ça me fait du bien )…

Madame Figaro a donc renommée son blog, très sympathique, plein de bonnes nouvelles et de bonne humeur leschantiersdelapprentissage. Je vous invite à y faire un tour. En plus elle utilise la méthode des Alphas pour apprendre la lecture aux enfant, donc je cautionne !

Me concernant je dis longue vie à Madame Figaro, et je conclurai sur cette phrase de Figaro :

« Sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur »

Liens

Source : eh bien je dois avouer que j’ai lu ça quelque part, avec comme point de départ probablement Google Actualité